Burlesque

Ali mène une vie sans saveur dans son Iowa natal, et rêve de danser sur une scène de Los Angeles. Arrivée dans la cité des anges, son regard va s’arrêter sur un night club, où les filles en tenue légère font un show époustouflant. Commençant en tant que serveuse, son unique but sera de faire partie de la troupe du Burlesque…
 

American dream of California gurls

Quand on constate déjà dans le générique de début que Christina Aguilera est productrice de « Burlesque », on comprend tout de suite que l’on va avoir droit à un « Christina show » d’une heure et demie. Certains en seront ravis, et d’autres plus sceptiques.

Il n’est pas faux de dire en effet, que « Burlesque » peut être considéré comme un simple film dont le but est de lancer la carrière cinématographique de la chanteuse à la voix grave aux sonorités de soul. Alors que ses autres copines chanteuses, comme Britney Spears, Mariah Carey et autres poupées des charts américains, se sont retrouvées dans des nanars qui n’ont pas vraiment su mettre en avant quelques talents que ce soit, Christina Aguilera choisit ici un film qui peut mettre en avant de manière cohérente ce dans quoi elle excelle : le chant et la danse (et non ses talents d’actrice).

Même si l’histoire de « Burlesque » n’a pas l’élégance d’un « Moulin rouge » ni d’un « Tournée », on se plait à regarder chaque numéro sur la scène du magnifique théâtre du Burlesque, où les filles déploient une belle énergie et communiquent leur plaisir d’être sur scène.

Côté casting, tout a été choisi pour faire plaisir à une audience de jeunes fans de séries télé (à moins que ce soit du recyclage), on retrouve : Kristen Bell ex-Veronica Mars et actuellement la voix de « Gossip Girl », Eric Dane le docteur dragueur de « Grey’s Anatomy », Cam Gigandet le bad boy de « Newport Beach », Peter Gallagher le gentil papa surfeur de « Newport Beach » (lui aussi), et même Diana Agron, la pompom girl en cloque de « Glee » !

Oui, « Burlesque » aurait du s’appeler « Cabaret » (déjà pris par Bob Fosse), car à part un numéro d’effeuillage – assez réussi – les chorégraphies, le décor de bordel parisien du début du siècle, et les chansons n’ont rien de très ‘burlesques’. Oui, ce film est encore une parabole du mythe américain de la réussite. Oui, l’histoire de cœur est mièvre et inutile car l’enjeu est de sauver le théâtre. Non, le retour de Cher n’était pas nécessaire, bien que la première chanson qu’elle interprète confirme qu’elle n’a pas perdu son charisme, et a toujours une paire de jambes interminables et incroyablement musclées. Oui, ça chante peut-être un peu trop. Non, Christina Aguilera n’est pas une grande actrice (mais pas si mal que ça)… mais, en attendiez-vous autant ?

Sortie le 22 décembre 2010

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *