Une famille très moderne, une jolie histoire de paternité

Kassie est une femme accomplie, hormis dans sa vie personnelle. Approchant de la quarantaine, et n’ayant pas de petit copain, elle décide de choisir un donneur, et de se faire inséminer, afin d’assouvir son envie d’être mère. Or, pendant la soirée où elle doit subir son insémination artificielle, son meilleur ami, Wally, renverse par inadvertance la semence du bel étalon choisi, et la remplace par la sienne. 7 ans plus tard, elle revient à New York, et décide de présenter Sebastian, son fils, à son meilleur ami, qui est en réalité son père biologique…

Touchante paternité

Malgré un thème qui a été traité quelques mois auparavant par Jennifer Lopez dans « Le plan B », « Une famille très moderne » n’a rien de commun avec la comédie loufoque et quasiment burlesque de la chanteuse latina du Bronx. Ici, les scénaristes ont décidé de s’attarder sur la question de la paternité plutôt que le fait de société que constitue la progression de ce désir de maternité assouvi de femmes célibataires.

Raconté avec un peu de cynisme, les réalisateurs des « Rois du patin » ont réussi leur coup, malgré une thématique peu évidente (voire même polémique), qu’ils ont voulu rendre la plus ‘grand public » possible.
Pour cela, ils ne se sont pas trompés en choisissant la célibataire et divorcée la plus célèbre d’Hollywood : Jennifer Aniston, qui n’a jamais caché vouloir des enfants, et que l’on imagine tout à fait avoir recourt à ce type de pratique médical pour, enfin, devenir mère. Le capital sympathie de l’actrice, toujours au beau fixe, rend le sujet plus acceptable pour les plus réac’ et, il faut l’avouer, remplit toujours les salles.
Pour lui donner la réplique, l’abonné des comédies – pas forcément romantiques, Jason  Bateman (« Juno », « Dodgeball», « In the air », « Thérapies de couples »…). Lui aussi joue souvent le même type de rôles : le mec sage et bien propre sur lui, pas rebelle, voire un peu ‘plat’, … l’américain moyen aux beaux yeux sans être un tombeur. Ici, il arrive à nous toucher par ses attitudes de papa complice, parfois un peu gauche. Sorte d’handicapé des relations humaines (envers quiconque sans différenciation – adulte ou enfant), il va petit à petit s’ouvrir et évoluer au contact de cet enfant, au point d’en devenir touchant.

« Une famille très moderne » est une gentille petite comédie sociétale, qui ne va pas déclencher de crises de rires ni sombrer dans la miévrerie, et qui réussit à ne pas trop tomber dans les situations rocambolesques (à l’exception de la fête d’insémination organisée par Juliette Lewis – un peu too much). Cela reste néanmoins une jolie histoire d’amour, d’amitié, et de vie.

Sortie le 25 août 2010

https://www.familletresmoderne.fr/

Article écrit pour le site www.abusdecine.com

Cette entrée a été publiée dans Cinéma. Placez un signet sur le permalien.

3 Responses to Une famille très moderne, une jolie histoire de paternité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *